Présence internationale

A travers son activité d’édition de logiciels CFAO, l’internationalisation est au cœur de la stratégie de développement d’Alma.

Alma s’est préoccupée très tôt de se développer à l’international sur son marché de niche, les logiciels CFAO pour la découpe et la tôlerie. Grâce à ses filiales, un vaste réseau de distribution et de nombreux partenariats, Alma est aujourd’hui un des leaders mondiaux de ce secteur. Plus de 70 % du CA du département « Edition de logiciels CFAO » est constitué de licences exportées directement ou indirectement.

Un réseau de distribution multi-formes

Pour rentabiliser les coûts fixes du développement des logiciels, l’augmentation du volume des ventes est primordiale. Alma s’est d’abord développée en Europe (Benelux, Italie, Allemagne) à travers des distributeurs puis des filiales. Alma Italia est crée en 1990 à Turin et Alma GmbH en 1999 à Blaubeuren dans le sud de l’Allemagne. Le modèle « filiale », qui permet un meilleur contrôle de ses actions et procure un accès plus direct au marché local, est également choisi par Alma pour s’implanter en Chine en 2007 (Alma China à Shanghai) et au Brésil en 2009 (Alma do Brasil à Porto Alegre). Aux Etats-Unis et en Espagne, Alma s’implante via des joint venture en s’associant à des partenaires locaux : Alma CAM USA est créée en 2010 près de Chicago et Alma Ibérica en 2015 à Irun au Pays Basque.

Alma gère par ailleurs de nombreux accords de distribution et de partenariat dans le monde entier :

  • avec les revendeurs de ses logiciels, en particulier en Asie et en Amérique (Japon, Corée, Vietnam, Inde, Canada, Argentine, etc.),
  • avec des constructeurs de machines et des éditeurs de logiciels désireux d’apporter une valeur ajoutée supplémentaire à leur offre en y associant les logiciels Alma.

Alma a ouvert un bureau de représentation à Singapour en 2015 pour assurer le support technique et commercial de ses partenaires asiatiques.

Une structure armée pour le développement international

Produit à forte valeur ajoutée, marché de niche… La faculté d’Alma à exporter est également facilitée par sa capacité d’autofinancement, elle-même favorisée par le niveau de réserves élevé de la société. Et grâce à son statut de Scop, Alma a les moyens de ne pas viser une rentabilité immédiate à l’export.

Enfin, l’implication des salariés fait qu’à Alma, l’ouverture internationale est un peu l’affaire de tous. Elle constitue en outre un intérêt supplémentaire dans le travail pour chacun des membres de l’équipe, elle-même composée de profils de nationalités diverses.